Maman est en haut de Caroline Sers

Maman est en haut - Caroline Sers

 — ⌈ A propos du livre ⌋ —

Date de parution : 3 octobre 2016

 Édition : Buchet-Chastel – 15 euros

Genres : Littérature française, Contemporain

Nombre de pages : 256 pages

«Il y a des histoires que l’on finit sans savoir quoi en penser, Maman est en haut en fait parti.»

— ⌈ Résumé ⌋ —

Cerise, la quarantaine bien entamée, vit seule avec ses deux enfants, supporte sa mère, a des élans hypocondriaques, se demande si elle ne devrait pas changer de boulot et, dans les moments extrêmes, ouvre une bouteille de blanc pour réfléchir.

 Un matin, lors du traditionnel appel téléphonique agressif de sa mère, elle perd le fil de la conversation et n’écoute plus. Pourtant quand Marie lui assène « J’ai eu raison, n’est-ce pas ? », prise de court, elle acquiesce. Le soir même, c’est la gendarmerie qui la contacte : sa mère est en garde-à-vue, mais ils refusent d’en dire plus. Qu’a-t-elle bien pu faire, encore ?

Pendant les quelques semaines qu’il lui faudra pour comprendre, Cerise traverse d’autres turbulences : retour de son ex-mari avec une bien curieuse proposition, changement de direction et débarquement de « jeunes » dans l’entreprise où elle travaille.

Maman est en haut : dans le nord ; perchée depuis des années ; en haut de l’arbre généalogique. Une position idéale pour lâcher quelques bombes…

 Question : « Où est-on mieux qu’au sein de sa famille ? » Réponse : « Partout ailleurs ! »

— ⌈ Mon avis ⌋ —

Il y a des livres qui quand on les termine dont on ne sait pas quoi penser. Ce livre en fait partie. Je me suis très plongée dans les premières pages, arrivés la 50 ème je ne savais plus vraiment quoi en penser.

Cette histoire familiale est intéressante, le livre s’ouvre sur l’appel téléphonique de Marie (la mère de Cerise et de Cochise) à sa fille (Cerise). Qu’a bien pu faire sa mère pour se retrouver dans un commissariat ? On suit le quotidien de Cerise, une maman de deux enfants Vladimir et Rose qu’elle élève seule depuis la séparation avec son ex-mari. Cochise, son frère quant à lui, a coupé les ponts avec sa mère depuis un moment et ne répond que très rarement au téléphone. Cerise apparaît tel un caméléon capable de tous gérer et  on peut dire qu’elle sort assez bien. Ce livre nous montre l’importance de la famille, même si parfois elle peut s’avérer être un fardeau plus lourd qu’on ne l’eut cru. Il y a des bons éléments dans ce roman. Je ne sais pas vraiment ce qui m’a bloqué, peut-être le fait que je n’arrivais pas à m’attacher aux personnages. L’histoire m’a paru trop lisse, trop évidente. J’avais deviné au bout de quelques pages ce qu’il s’était passé et la fin ne m’a pas étonné. En revanche, j’ai été étonné par la proposition de son ex-mari ainsi que de son patron.

Au final, ce livre n’était ni un mauvais moment, ni un bon.

♡♡♡♡♡

(3/5, ni bon ni mauvais)

Belle lecture.

unehistoire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s