Le rythme #1 : Esclave du rythme de Jane-Harvey Berrick

Coucou mes petites plumes,

Quand j’ai vu ce titre sur Netgalley, rien qu’en lisant le nom de l’auteur, j’avais envie de le lire. Jane-Harvey Berrick est un auteur que j’ai découvert chez les éditions MxM Bookmark avec la série Hors de portée. Comme vous le savez, Hors de portée a été un coup de coeur et j’ai été conquise par la plume de l’auteur. C’est avec beaucoup d’attente que j’ai débuté ce roman.

Ce roman fait partie du challenge Netgalley, je remercie Netgalley et les éditions Juno Publishing.

Esclave du rythme est un tome, beaucoup plus noir que Hors de portée. Certaines scènes peuvent choquer. /Public averti/

Jane Harvey-Berrick - Esclave du rythme Le rythme 1

« Jane-Harvey Berrick a ce talent pour rendre ses univers passionnants. Esclave du rythme nous emmène dans la noirceur de la mafia et nous libère avec la danse.»

Roman édité chez Juno Publishing.

Publié le 5 mai 2018.

E-book – 6,49 €

Genres : romance contemporaine, new romance, littérature américaine.

345 pages

synopsis

DANSE. Armes.
MUSIQUE. Balles.
RYTHME. Douleur.
Musique dans ma tête, danse dans mon corps, le rythme de mon coeur.
Jusqu’où peut-on tomber en seulement un mois ? À quelle vitesse l’esprit humain peut-il être brisé ? Où peut se cacher le démon en plein jour ?
Ash veut danser. Il en a besoin. Pour laisser derrière lui une vie faite d’attente et de devoir, pour libérer son esprit.
Mais la vie n’est jamais aussi simple. Chaque pas est un voyage sur une nouvelle route.
Pour chaque action, il y a une réaction.
Chaque décision a une conséquence.
Et quand vous rencontrez la mauvaise personne, qui sait ce qui peut arriver.
Laney tolère ses limites, elle les repousse doucement. Mais quand Ash fait irruption dans son monde à travers la violence et la rage, cela entraîne une réaction en chaîne à laquelle aucun d’eux ne s’attendait.

 

Note de l’éditeur : Ce livre peut être lu en one shot.

mon avis

Esclave du rythme, raconte l’histoire d’Ash, un jeune homme slovène qui va émigrer de son pays pour venir travailler en tant que danseur à Las Vegas. Je ne me souvenais pas du résumé, de ce fait dès le début on se rend compte qu’il y a des éléments bizarres. Cette euphorie est très vite remplacée par un malaise. Ash se voit confisquer ses effets personnels et quel est ce lieu où l’emmène cet homme dans lequel il ne place aucune confiance. Très vite, Ash déchante, il se rend compte qu’il y a trop de secrets, trop de mots tus.

De l’autre côté, nous rencontrons Laney, une jeune femme forte. Dès les premières pages, c’est un bout de femme que l’on apprécie. Elle fait partie des battantes, le genre de femme qui souffre en silence et qui font preuve de beaucoup de courage. Laney est atteinte de polyathrite rhumatoïde, une maladie handicapante dont on parle peu. En effet, cette maladie peut toucher à tout âge et peut conduire à des moments où l’on est obligé de vivre dans un fauteuil roulant voir à des crises durant lesquelles on ne peut bouger tellement le corps fait souffrir.

L’auteure a ce talent pour nous embarquer dans des univers passionnants, la danse est ici extrêmement bien décrite. Ash nous plonge dans son quotidien avec ce corps comme outil de travail et les spectacle qui font souffrir chacun de ses muscles. Les stéréotypes sur la danse nous sont dépeints comme le fait que la danse soit un sport typiquement féminin. Sachez pour votre culture que la danse classique a d’abord été une affaire d’hommes car elle permettait le renforcement musculaire et un entretien du corps. D’autres clichés nous sont dépeints et sont déconstruits.

Je me suis sentie vibrer en lisant ce roman, je ressentais la passion qu’à Ash et je la vivais. Je sais ce que c’est que d’avoir une passion, je sais ce que c’est de danser et de perdre pied. L’univers ainsi posé se révèle très intéressant avec des descriptions qui vous happent. De plus, Laney est le genre de personnage qu’on retrouve peu dans la littérature (enfin c’est mon avis). La maladie fait partie de sa vie, mais elle fait tout pour ne pas se laisser abattre. A un moment donné, on oublie une peu sa maladie et on l’a voit en tant que femme.

Sans hésiter, ce roman ne peut être qu’un coup de coeur où l’on découvre l’histoire de deux personnages qui ont connu la souffrance. Leur rencontre est détonante. Sans le savoir Laney va être mêlée à une histoire qui dépasse sa portée. Un univers dangereux se profile et rend l’histoire haletante, on ne sait pas si nos deux personnages vont s’en sortir. La mafia et l’esclavage moderne sont décrits avec beaucoup d’horreur, la peur, le dégout vous prendra aux tripes. Ash est un homme qui va être brisé, il va garder en lui des souvenirs cauchemardesques de Las Vegas. Laney va petit à petit le sortir de tout ça, elle va le sauver mais à quel prix ?

L’histoire se construit petit à petit pour mon plus grand plaisir. Les personnages secondaires ne sont pas en restes, ils sont complets. Vanessa, l’ami de Laney est le genre d’ami qu’il faut avoir dans la vie qui voit au-delà du handicap et qui vous traitera toujours d’égal à égal. Les parents de Laney et son petit-ami sont très protecteurs voir trop.

Pour conclure, ce roman a tout pour plaire, une histoire qui sort de l’ordinaire sous fond de danse et de mafia.

coup de coeur

Belle lecture.

1histoire2

Un commentaire sur « Le rythme #1 : Esclave du rythme de Jane-Harvey Berrick »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s