Ivy Years tome 1 : notre année trouble de Sarina Bowen

IMG_20190124_134238.jpg

Coucou mes petites plumes,

Sarina Bowen est une auteure dont j’entends parler depuis 107 ans (non je n’exagère pas) et j’avais très envie de découvrir sa premier série auto-édité avant de me lancer dans la série « Le grand nord ».

sarina bowen - ivy years t

« Notre année trouble est une belle romance avec des personnages très réalistes tout cela sous le fond de hockey.»

Roman auto-édité publié en octobre 2016

Traduit par Laure Valentin

Genre : new adult

Résumé

Le sport qu’elle aime est devenu inaccessible. Le garçon qu’elle aime n’est pas libre. Que lui reste-t-il ? Elle s’attendait à intégrer l’Université de Harkness en tant que joueuse de hockey sur glace. Mais à la suite d’un accident grave, c’est en fauteuil roulant que Corey Callahan doit commencer les cours. Son voisin de palier, dans sa résidence accessible aux personnes à mobilité réduite, est trop beau pour être vrai. Il s’appelle Adam Hartley, et c’est un autre joueur de hockey handicapé par deux blessures à la même jambe. Il ne joue pas dans la même ligue que Corey. Et puis, il est déjà pris.Pourtant, une amitié hors du commun va naître entre Corey et Hartley, dans le « ghetto des éclopés » du bâtiment McHerrin. Autour de leurs plateaux de cafétéria et de leurs parties de jeux vidéo, ils se serrent les coudes pour affronter des déceptions qu’ils sont les seuls à pouvoir comprendre. Bien sûr, ce sont juste des amis… jusqu’au soir où tout va basculer. Le trouble s’installe. Corey est certaine d’une chose, elle est en train de tomber amoureuse. Pour de bon. Mais Hartley abandonnera-t-il sa splendide petite amie pour aimer une fille aussi abîmée que Corey ? Rien n’est moins sûr, et Corey va devoir trouver le courage de poursuivre sa vie d’étudiante de son côté – une nouvelle vie qui ne tourne pas autour du sport auquel elle ne peut plus jouer, ni du garçon aux yeux bruns qui a peur de l’aimer en retour.

Lire la suite de « Ivy Years tome 1 : notre année trouble de Sarina Bowen »