A la rencontre de Nikki Jenkins

Ni

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un troisième interview dans cette rubrique intitulée « A la rencontre de… ».

Aujourd’hui je vous propose de découvrir Nikki Jenkins, une auteure auto-éditée  qui a su m’enchanter avec sa façon de rendre addictive ces romans.

Pour commencer une biographie :

400.jpgNikki Jenkins est une auteure française née et vivant en Normandie près de Rouen. Née en 1985, Nikki Jenkins connu sous ce pseudonyme se met à écrire Aegus à partir de 2014. Elle a écrit à ce jour sept romans.

Place à l’interview

Autour de vous

––» Quand avez-vous commencé à écrire ? Que représente l’écriture pour vous ?

J’ai commencé à écrire à l’adolescence. Au départ, j’ai écrit juste quelques fanfictions sur des  forums concernant des séries que j’aimais beaucoup. Puis, il y a cinq ou six ans, j’ai intégré un groupe de RPG sur la confrérie de la dague noire. C’est surtout grâce à ce jeu que j’ai commencé à développer des personnages avec leur histoire propre, à inventer de scénarios avec des amis… J’aime écrire, tout simplement. C’est un moyen de me détendre, la plupart du temps.

––» Avez-vous un rituel d’écriture ? (Écrivez-vous à un endroit ou à un moment spécifique de la journée ? En musique ?

La seule chose qui me soit nécessaire pour écrire, c’est le bruit, la musique principalement.

––» Quel conseil donneriez-vous à une personne souhaitant écrire depuis longtemps ?

De foncer. Que ce soit uniquement pour elle, pour sa famille ou pour un public plus large, peu importe. Ce qui compte, c’est de faire ce dont on a envie et d’en être fier.


 

Autour de l’auto-édition

––» La majorité de vos romans sont publiées en autoédition. Pourquoi avoir choisi l’autoédition ? Quels sont les avantages dont vous en retirez ? Quels sont les inconvénients ?

J’ai choisi l’autoédition au départ car je ne pensais pas pouvoir être édité par une maison d’édition et surtout parce que je ne connaissance que les grandes, celles qui font rêver et qui replissent les librairies. J’ai fait la connaissance d’une personne éditée via Amazon. J’ai décidé de tester en sachant que le service était gratuit. Cela m’a permis de tester un peu et d’acquérir un petit public. Au fur et à mesure, ma liste des pour et des contre s’est étayée.

Si l’autoédition a de nombreux avantages : pas de cession de droit d’auteur, couverture du livre et illustration à votre convenance, prix défini par l’auteur, promotion et distribution gratuite possible sans en référer à quiconque…

Il y aussi des inconvénients : la correction, la mise ne page, la couverture est à gérer ou à financer par vous, la publicité même constat. Pour les séances de dédicaces, toutes les librairies et salons n’acceptent pas les autoédité. Et si oui, les stocks de livres, les prix des places sont à votre charge. Alors oui, vous pouvez mettre votre livre en vente gratuitement, mais, il ne faut pas oublier tous les à-côtés.

aégius l'héritage t1 Nikki Jenkins.jpg ––» Aegius est publié chez les éditions Reines-Beaux. Quelle différence y-a-t-il entre l’autoédition et la publication dans une petite maison d’édition ?

En signant avec une maison d’édition, on cède nos droits d’auteurs. Ce qui signifie que nous avons des obligations et la maison d’édition également. La correction et la mise en page sont réalisées par la maison d’édition et validée par mes soins. J’ai donc pas à financer cette partie. La couverture est la charge de la maison d’édition (ou pour certaines, peuvent rester à votre charge si vous souhaitez voir recours à un graphiste en particulier. La diffusion, la promotion etc sont effectuées par la maison d’édition. De mon côté, il m’est possible de faire la promotion, évidement, mais pour certaines choses, il me faut l’accord de la maison d’édition. Il ne m’est pas possible d’offrir mon e-book sans accord que ce soit pour des concours ou pour des services-presses, par exemple. Dans ma vie actuelle, avec mon emploi du temps, l’autoédition, même si la pratique encore, est un système qui ne me convient plus trop.

 ––» Grâce à cette maison d’édition, vous avez pu vous rendre au salon du Livre de Paris. Que retirez-vous de cette journée ?

Même si les lecteurs ne se sont pas bousculés pour venir discuter avec moi, obtenir mon livre ou une dédicace, j’ai eu la chance d’être là, de pouvoir dire, j’ai réussi, je l’ai fait.


Autour de vos livres

 accross la nouvelle gardienne du temps––» Pourriez-vous décrire Across à mes lecteurs indécis pour leur donner envie de se plonger dedans ?

Across, la nouvelle Gardienne du temps est avant tout une histoire d’amour. Celle d’une personne qui est réellement prête à tout pour celui qu’elle aime. Celle d’une personne qui préfère souffrir seule que de faire souffrir sa moitié. C’est l’histoire de deux âmes qui se sont reconnues, se sont aimées et se se sont déchirées.

 

 

 ––»Dans un de mes articles, je vous ai qualifié d’auteure-caméléon. J’ai été surprise par la facilité avec laquelle on se plonge dans vos romans.Où puisez-vous votre inspiration ?

Principalement dans mes rêves même si ceux-ci sont très certainement dû à des livres ou des films/ séries. Aegius a un petit côté « Le caméléon » avec son histoire d’enfants poursuivis par les membres d’une organisation. Across, la nouvelle Gardienne du temps, m’est apparu à la suite de la lecture d’une fiction sur une jeune fille qui revient dans le temps pour sauver la personne qu’elle aime. A modern Cinderella est un bachelor littéraire. Pour Bleeding heart, je garderai le secret, sinon les lecteurs ne seront plus surpris :-).

 ––» Comment votre entourage a-t-il réagit suite à la publication d’Aegius  ?

Mes meilleurs amis étaient au courant de mes projets et n’ont pas été surpris de me voir sortir le livre. Ils m’ont soutenu depuis le départ. Ma mère a été plus surprise car elle croyait qu’il s’agissait juste d’un petit passe-tempos. Le reste de ma famille n’est, soit pas au courant, soit aime bien me charrier sur mon activité d’auteur. Dans l’ensemble ils sont juste heureux pour moi.

Le plus fier de moi reste mon conjoint décédé dernièrement. C’est en grande partie grâce à lui que j’ai réussi à arriver jusqu’ici. Bleeding Heart lui est d’ailleurs en partie dédiée et l’un de mes futurs projets sera pour lui.

––» Bleeding Heart est un livre que j’ai beaucoup aimé parmi les trois que j’ai eu la chance de lire. Vous m’avez parlé du livre qui précédera Across. Pouvez-vous nous en parler davantage ?

Across, la dernière Gardienne du temps, racontera l’histoire d’une autre Gardienne du temps, Lucy. Pour une raison qui sera à découvrir dans le livre, elle a, contrairement aux Gardiennes qui l’ont précédé, le pouvoir de revenir dans le temps de son plein gré. Elle retournera à l’époque de Salem, lors de la chasse aux sorcières, pour empêcher son ancêtre de conclure le serment des Gardiennes du temps.»


––» Les 3 questions en bonus

  • Quel est le dernier roman que vous ayez lu ? Le dernier jour de ma vie de Lauren Oliver.
  • Quel est la dernière boisson que vous ayez bu ? Cherry coke
  • Quel est votre citation préférée du moment ? «  Vivre au jour le jour »

––» Un mot pour la fin ?

Merci à ceux qui me suivent depuis 2014 et à ceux qui sont arrivés entre deux. Merci pour votre soutien, votre présence et vos encouragements. j’espère vous avoir encore prêt de moi en 2018 pour un année qui s’annonce riche.

Merci à S.Langlois d’avoir accepté de prendre part à cette aventure avec moi. Et surtout merci à Choupi et Ollie. Grâce à vous, j’ai tenté ma chance. Et petit à petit, je grimpe.


Si vous souhaitez en savoir plus sur l’auteure :

Sa page facebook

Son blog

Son twitter


J’espère que cet interview vous a plu.

Je remercie Nikki Jenkins de s’être prêté au jeu.

Petit indice : le prochain interview nous partirons à la rencontre d’un auteur-caméléon.

Je vous souhaite une belle journée.

Publicités

#7 Bilan livresque Juillet 2017

Bonjour,

Je vous retrouve pour dresser le bilan du mois de juillet (avec un peu de retard) qui a été riche. Riche en lectures et en émotions.

Céline Fuentès – Un si petit voyage

J’ai commencé le mois de Juillet avec un roman feel-good qui nous embarque en Nouvelle-Calédonie. J’ai adoré découvrir ce pays par le biais de ce roman.

Nikki Jenkins a le don d’être un vrai caméléon littéraire. La romance est son fil conducteur sur lequel elle dresse des univers différents. En effet avec A modern Cinderella, elle réussit avec brio à nous plonger dans le monde la télé-réalitée. Puis elle dresse un univers fascinant mêlé de magie dans Across la nouvelle gardienne du temps. Avec Bleeding Heart, elle met la barre très haut et livre une histoire d’amour où l’émotion est présente.

Entre deux lectures, j’ai poursuivi ma lecture d’After. Je savais avant de commencer After que cette série pouvait me plaire. Que c’est additif, c’est fou comme on a envie de plonger dedans et en même temps on a envie de meurtres envers les personnages. Je ne pense pas faire d’articles sur chaque tome car j’ai l’impression que je n’arriverais pas à dissocier chaque tome. After me donne l’impression d’être un tout. Après avoir lu ces deux tomes, je fais une pause sinon je risque l’overdose. Autant Hardin, je l’apprécie davantage (bien que je déteste son prénom qui agresse mes oreilles) que Tessa (elle commence à m’énerver sérieusement).

pardon300

Pardon a été une excellente lecture. Erika a une belle plume, elle réussit à évoquer l’inceste avec beaucoup de délicatesse. Ce roman peut heurté et c’est tout à fait normal. Si vous pensez que le sujet n’est pas pour vous, laissez-vous porter par les mots choisis par Erika et si ça ne suffit pas, refermer ce livre mais vous ne pourrez pas dire que ce livre est mal écrit. Si vous êtes curieux, laissez-vous tenter.

Maintenant et à jamais d'Audrey Martinez

Maintenant et à jamais s’est révélée ma seconde excellente lecture du mois. C’est un roman bouleversant qui nous emmène dans l’histoire d’Emma et Ian. L’histoire est belle, touchante et surprenante. Tout cela est servit avec une plume dont on ne peut détacher ses yeux, en effet une fois que vous êtes plongés avec nos deux personnages vous ne pouvez plus vous arrêter de lire. Vous voulez sans cesse connaître la suite. J’ai lu très rapidement ce roman (une journée au lac) et vous laisse avec des émotions garanties.

C’est frais, drôle et déjanté. J’ai passé un excellent moment avec ce premier tome. Pomme est un personnage doudou que j’ai adoré. L’auteure réussit à nous livrer une histoire fraîche. Je vous en reparle ici.

Je voulais commencer After avant de lire The Air he breathes . L’histoire est belle, même si j’avoue avoir eu du mal avec un élément de l’histoire. Contrairement à After, je vous reparlerais de cette saga, car chaque tome est différent.

Ce livre frôle le coup de coeur, l’univers posé est très bien construit. Feyre est un personnage fort et attachant. L’univers est fascinant. Cette ré-écriture de la Belle et la Bête m’a rappelé que je devais attaquer la version originale de Mme le Prince de Beaumont.

En bref, ce mois a été riche en émotions, j’ai découvert des auteurs et j’ai passé un bon moment avec chaque livre (ou presque).

Et vous qu’avez vous lu ce mois-ci ?

unehistoire

#24 Lundi fais ce qu’il te plaît

Bonjour,

Comme tout les lundis, je fais ce qu’il me plaît. Aujourd’hui, je vous parle du blog et peut-être un peu de moi (qui sait ? ).

★ En ce moment, je vous parle ★

SimPlement

Tout d’abord, ce mois-ci j’ai pu découvrir la plume de différents auteurs auto-édités. Cela ne serait pas possible sans le site SimPlement. Cette plateforme est géniale et je vous la conseille sans hésiter.

Ce site permet de mettre en relation éditeurs ou auteurs avec des chroniques/ bloggeurs. Ce site a été crée en mars 2017 autrement dit c’est un bébé-site et pourtant ils sont déjà à plus de 2000 collaborations. Quand j’ai connu ce site, je me suis inscrite sans en attendre grand chose. En effet, je n’avais jamais lu de livres auto-édités. Quand on ne connait pas, on n’ose pas forcément. J’aime sortir de ma zone de confort et Frédéric Bellec l’a fait en me proposant de découvrir son univers. Je tiens à le remercier car cela m’a permis de franchir cette limite et de découvrir d’autres livres auto-édités.

Petit à petit, d’autres auteurs m’ont proposé de lire leurs livres et ma curiosité est plus forte que ma raison. Après ces derniers mois, j’avais besoin de décompresser et de reprendre la lecture. J’ai eu la chance de découvrir la plume de trois auteurs : Frédéric Bellec dont le second livre est arrivé au moment adéquat, j’ai adoré ce second livre partie 1. Puis j’ai découvert Amélie B dont le premier tome regorge de rebondissementsJ’ai voyagé en Nouvelle-Calédonie avec Céline Fuentès.  Puis j’ai pu découvrir d’autres auteurs comme Nikki Jenkins et sa façon de passer en caméléon d’un livre à l’autre et proposer des univers différents (ici et ). Récemment deux lectures m’ont bouleversé, je vous en reparle très vite.

En rédigeant cet article, je me demande quels est mon rapport aux partenariats/ service-presse ? Je dirais qu’il a toujours une volonté d’arriver jusque là, je sais que même sans service-presse mon blog resterait le même. J’ai ce goût de la lecture depuis l’enfance et partager mon avis est essentiel depuis que je suis inscrite sur Booknode.

Quand on débute dans la blogosphère (enfin ce n’est pas vrai, j’ai grandi avec la blogosphère depuis mes 12 ans ? outch je me fait vieille), il a toujours ce découragement de se dire que nos chroniques ne plairont peut-être pas. Je l’ai vécu quand j’ai décidé de m’intéresser à la beauté cinq ans auparavant. Quelle idée de se mettre à s’intéresser à cet univers qui m’était alors inconnu ? A présent, je sais que cet univers n’est pas fait pour moi et que j’utiliserai des produits plus sains.

Booknode

Avant de créer ce blog, je me plaisais sur Booknode (ça doit faire quatre ans que je suis dessus et que je commente mes lectures).  A vrai dire, je m’y plaisais jusqu’au jour où j’ai reçu plusieurs mails intitulés : lire avec booknode. Booknode permettait à ses « meilleurs commentateurs » de découvrir en avant-première des nouveautés (en avant-première euh oui mais non). Comment ça marchait ? On est pré-sélectionnais puis il fallait valider la pré-sélection. L’attente puis la déception et l’impression que des petits nouveaux avaient ce privilège, je dois être à ma vingtième (j’ai arrêté de compter à la cinquième). Des booknautes auraient largement eu le mérité de recevoir un livre de temps en temps (non je ne parle pas de moi). Puis il y a eu ce moment où la plateforme a changé, l’administrateur n’écoutait plus les anciens (le coeur de Booknode qui se battaient pour que le site fonctionne et qui sont toujours aussi impliqué). Je passais énormément de temps sur Booknode à remplir des fiches de livres quand les livres que je lisais n’était pas dans la base de données, à rectifier les erreurs des autres (aussi les miennes), à signaler une date de sortie erronée. Au final, j’avais l’impression d’aider Booknode pour rien car au final le site a changé, il s’est modernisé mais les problèmes étaient loin d’être supprimé. J’ai râlé quand tout ses changements sont apparus et je râle encore (serais-je un peu rancunière ?). Alors j’ai finis par ne plus prendre le même plaisir en me connectant sur Booknode, il fallait que j’aille ailleurs d’où la naissance de ce blog. A présent, je continue à me connecter sur Booknode, mais je ne l’utilise plus comme avant.  Si j’ai l’honneur de gagner un livre, je connais le fonctionnement et les délais d’expédition. Ce qui fait le coeur de Booknode, ce sont sa communauté, surtout les anciens qui sont des sortes de modèles pour moi. De plus, j’ai découvert une passion pour les challenges et un plaisir à découvrir les commentaires laissés par d’autres.

Pour en revenir au service-presse, je pense que créer un blog dans l’optique d’avoir des services-presses ne sert à rien. Si le plaisir de la lecture est remplacé par le besoin de lire des services-presses, je ne sais pas à quoi ressemblerait mon blog.

SimPlement est une plateforme qui facilite les collaborations et j’ai découvert des auteurs peu connus. Je tiens à remercier ces auteurs auto-édités qui m’ont fait confiance et m’ont permis de découvrir leurs histoires. Les échanges sont sympathiques, même si parfois j’ai l’impression d’être un glaçon polaire. Disons plutôt que je n’ose pas avoir des échanges moins formelles avec ces auteurs sans doute ma timidité qui refait surface. Je vais devoir travailler là-dessus également.

Quelle différence avec des livres de maison d’éditions ?  Je dirais qu’il a une liberté plus grande à être un auteur indépendant. Cela ne veut en aucunement dire que ces livres sont moins bien écrits. Ils doivent gérer leur promotion eux-mêmes, je vous renvoie à un article lu récemment qui fait partie d’une série d’interview sur le site Leplaisirdelire sur les auteurs auto-édités intitulé : Être auto-édité.

Pour être franche, je sais que si certains auteurs ne m’avaient pas proposé de lire leurs livres, je ne les aurais sans doute pas lu et je serai passée à côté de belles histoires.  Alors je remercie Frédéric Bellec et Audrey Martinez qui sont les deux auteurs auxquels je pense.

Un petit mot pour la fin ?

Le plaisir de la lecture est quelque chose qui me tient à coeur, tant que ce plaisir rythmera mes lectures je continuerai de vous partager mes impressions.

Je remercie toutes les personnes qui passent sur le blog.

Belle semaine livresque.

unehistoire

 

 

Across : la nouvelle gardienne du temps de Nikki Jenkins et S. Langlois

Across la nouvelle gardienne Jenkin Langlois

«L’univers posé par les auteurs est tellement attrayant qu’on en voudrait plus. »

Lire la suite de « Across : la nouvelle gardienne du temps de Nikki Jenkins et S. Langlois »

A modern Cinderella de Nikki Jenkins

a modern cinderella.jpg

« Ce roman fut une belle surprise, une façon originale de présenter le conte de Cendrillon différemment.»

Lire la suite de « A modern Cinderella de Nikki Jenkins »