Et si on fêtait les 1 an du blog

et si

Bonjour,

Le 26 octobre 2016, le blog ouvrait ses portes. Je vous retrouve aujourd’hui pour fêter les un an du blog. Je souhaitais vous remercier pour votre fidélité, j’ai rencontré des personnes formidables que se soient bloggeurs ou auteurs.

Ce premier concours vous fera découvrir l’univers de cinq auteurs autoédités, certains que j’ai lu et d’autres qu’ils me tardent de découvrir.  Ce sont dans tout les cas des personnes adorables qui se joignent à moi pour fêter les 1 an. Pour cette raison vous devez vous abonnez à leur compte Twitter.

 

 


Résumé des livres

Marjorie Levasseur - Ces oiseaux qu'on met en cage

Marjorie Levasseur – Ces oiseaux qu’on met en cage

SAMUEL, FABRICE, MANON, FRANCK, ANNE-LISE…
Vu de l’extérieur, leur vie semble parfaite, mais doit-on toujours se fier aux apparences ?
Un jour, arrive le geste de trop, l’événement qui fait dérailler la marche routinière du train de l’existence. Les masques tombent, le vernis craque.
Au fil des rencontres, des tragédies, apparaît la nécessité pour ces jeunes gens et leur entourage d’évoluer, de retrouver une liberté perdue…
D’ouvrir la cage, quel que soit le prix à payer.

Genres : Contemporain


Aline Inacio - Kissmee

Aline Inacio – Kissmee

À quinze ans, Maxence Dardennes mène une vie bien remplie entre sa jument, sa chienne, ses amis, le rugby, la musique et les études. Quant à son père Thomas Dardennes, beau quarantenaire fraîchement fiancé à une superbe femme de trente-deux ans, il jongle entre sa vie de famille, l’éducation de son fils et la gestion du haras familial. Si tout semble parfait en apparence, la réalité cache cependant quelques zones d’ombres. Bien malgré elle, Antonia, une auteure de polars à succès de quarante et un ans plutôt solitaire, va contribuer à les révéler en débarquant un 10 juillet dans leur village de carte postale. Face à des questionnements et des émotions qui vont parfois les dépasser, ils vont tous les trois voir voler en éclats certaines de leurs certitudes. Quelle option vont-ils alors choisir ? La fuite ? L’acceptation ? Le renoncement ? Et est-ce vraiment aussi simple quand le regard des autres ou certains fantômes du passé pèsent sur vos épaules ? Entre le corps, le cœur et la raison que vont-ils laisser parler ?

Genres : Romance contemporaine, Différence, Érotisme


Maintenant et à jamais d'Audrey Martinez

Audrey Martinez – Maintenant et à jamais

Emma et Ian vivent à Nice, ils sont jeunes, amoureux et pensent avoir toute la vie devant eux. Jusqu’à cette soirée, le 14 juillet 2010, au cours de laquelle un drame va les frapper de plein fouet.
Marquée par cet événement, choquée et anéantie, Emma va sombrer, s’éloignant progressivement de son grand amour.
A bout de souffle, elle va faire un choix qui va bouleverser son existence.
Mais une seule décision peut-elle vraiment changer toute une vie ?

Venez vous plonger dans l’univers d’Emma et Ian, venez partager quelques années de vie avec eux. Une histoire poignante, bouleversante, un florilège d’émotions, vous n’en sortirez pas indemnes ! Laissez-vous embarquer !

Genres : Romance contemporaine, Drame

Ma chronique


518uGbyS+JL._SY346_

Céline Fuentès – Un si petit voyage

Elisa va bientôt toucher du doigt le bonheur. C’est sûr, Pierre va la demander en mariage et son avenir sera fait de mariage et de cotillons. Tout est prêt, dans les moindres détails. Pourtant, une proposition de job loufoque va tout venir bouleverser : modèle photo amateur trois semaines en Nouvelle Calédonie. Elisa osera-t-elle accepter une telle offre? Trouvera-t-elle enfin le bonheur? Surmontera-t-elle ses peurs?
Un roman feel-good qui nous amène à la découverte d’un pays et d’une jeune femme aux multiples facettes.

Genres : Feel-good, Voyage, Romance contemporaine

Ma chronique


Fiji - De vieux potes

Fiji – De vieux potes

Ce livre vous propose un petit pas, un saut de puce vers le bonheur, mais ce n’est déjà pas si mal !

Ils sont cinq à végéter sans lendemain dans leur maison de retraite. Alors quand Mathilde la nouvelle aide-soignante, et son fils Jules croisent leur chemin, chargés de leurs ennuis, la vie de tout ce petit monde va changer.
Le calme d’un village du sud, les douces mathématiques du temps et un peu de magie humaine transformeront leurs existences à tout jamais.

Genres : Fiction contemporaine


Pour participer :

Vous pouvez participer à tout les livres, mais vous n’en gagnerez qu’un.

Suivre le compte Twitter de l’auteur. Si vous n’avez pas twitter, vous devez vous abonner au blog par mail.

Remplir le formulaire en cliquant sur le lien ci-dessous.

Une seule participation par foyer.

⇒ Le concours est ouvert à l’international.

⇒ Sachez qu’une surprise vous attend, mais elle ne sera dévoilée qu’à la fin du concours.

⇒ (+FACULTATIF) : Si vous êtes abonnés au blog par mail/wordpress, sur Twitter, sur Instagram ou sur LivrAddict. Une participation de plus sera ajouté.


Pour vous abonnez aux comptes Twitter des auteurs : 


Le concours est ouvert du 11 octobre 2017 au 24 octobre 2017 minuit.

Les gagnants sont :

  • Ces oiseaux que l’on met en cage de Marjorie Levasseur  : Audrey C.
  • Kissmee d’Aline Inacio : Florence V.
  • Maintenant et à jamais d’Audrey Martinez : Stéphanie S
  • De vieux potes de Fiji : Saly B.
  • Un si petit voyage de Céline Fuentès : Morgane M.

Les adresses-mails renseignées dans le formulaire ont été donné aux auteurs pour qu’ils puissent vous faire parvenir votre lot.

Parmi ces 5 lot, un exemplaire papier était caché, c’est Morgane M. qui gagne l’exemplaire papier du livre de Céline Fuentès , Un si petit voyage.

Je tiens à remercier les auteurs sans qui ce concours n’aurait pas pu avoir lieu.

Merci aux participants et ceux qui n’auraient pas gagné, ce n’est qu’une partie remise.

Je vous souhaite une belle journée.

1histoire2


 

Publicités

A la rencontre de Céline Fuentès

fu

Bonjour,

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un second interview dans cette rubrique intitulée « A la rencontre de… ».

Aujourd’hui je vous propose de découvrir Céline Fuentès, une auteure auto-éditée installée en Nouvelle-Calédonie.

Pour commencer, une petite biographie :

Céline FuentèsCéline Fuentès a d’abord écrit trois ouvrages pour enfants : Abécédaire et petits poèmes calédoniens (3/8 ans); C’est pas grave si c’est raccommodé ( à partir de 10 ans ), La grande traversée (3/8 ans). Elle se lance aujourd’hui dans l’aventure des Plumes francophones avec Un si petit voyage, un premier roman feel-good qui nous entraîne à la découverte de la Nouvelle-Calédonie et d’une jeune femme à la recherche du bonheur…

Et la biographie (un peu plus rigolote) que j’ai aimé lire

Céline Fuentès a 39 ans, pour l’instant… Elle adore les binômes, elle en a plein!
Elle a un binôme au travail : Véronique. Elles enseignent main dans la main à des classes de ce1, l’une en anglais, l’autre en français. Mais ça ne va pas durer, Véro va partir à la retraite…

Céline a un binôme pour former les animateurs et directeurs de centres aérés : Hugo.Ils dirigent des stages dans la complicité de l’amitié depuis des années mais ça ne va pas durer, ils n’ont plus le temps…
Céline a un binôme littéraire : Julie Ferrand. L’une écrit, l’autre dessine. Elle ont déjà réalisé trois livres mais ça ne va pas durer, elles en préparent d’autres!
Céline a un binôme dans la vie : Loïc. Ensemble, ils voyagent, font des crêpes au chocolat, du feu dans le jardin le soir… Et ça, c’est bien le plus important et elle espère que ça va durer longtemps.

Son actualité littéraire :

Dimanche 15 octobre 2017 : Céline Fuentès est invitée en compagnie de Julie Ferrand, l’illustratrice de ses livres pour enfants, au Salon du Livre, de la BD et de l’Illustration au festival BD Folies Nouvelle Calédonie.  (Rencontre et dédicaces)

Samedi 14 octobre 2017 : Céline Fuentès et Julie Ferrand sont invitées au festival La première séance Nouvelle Calédonie. (rencontre et dédicaces)

A partir du 15 novembre 2017 : distribution du roman Un si petit voyage dans les points de vente de Nouvelle Calédonie.


Place à l’interview :

Autour de toi

–∗ Si tu devais te décrire en quelques mots, que dirais-tu ?
La lecture de cette interview vous apprendra déjà beaucoup ! Sinon, voyages, liberté, valeurs, amitié, enfants, livres, stylos… et Sanka, mon mari !

–∗ J’ai vu sur ton site qu’avant de publier Un si petit voyage tu avais publié trois ouvrages à destination d’un public jeunesse. Que préfères-tu écrire ?

J’aime écrire en général donc les deux me procurent du plaisir.
Écrire pour les enfants jeunes (Abécédaire et petits poèmes calédoniens et la grande traversée) me semble facile parce que je suis contact avec eux tous les jours puisque je suis enseignante. Cela vient tout seul…Ma démarche d’écriture pour C’est pas grave si c’est raccommodé était très différente et m’impliquait beaucoup plus puisqu’il s’agit de l’enfance romancée de ma grand-mère. Pendant que je l’écrivais, j’étais accompagnée du dictaphone contenant les mots de ma grand-mère. J’ai l’impression d’avoir vécu sa vie. C’était très fort en émotion.
Pour mon premier roman adulte Un si petit voyage, c’était un défi. J’ai souvent essayé d’écrire un roman mais je n’étais jamais allée au bout. En terminant ce dernier, je me suis prouvée à moi-même que j’en étais capable. J’ai adoré inventer des personnages, leur définir un passé, des défauts, des qualités. Et puis surtout, j’ai adoré partager les émotions qu’on peut ressentir en découvrant la Nouvelle-Calédonie qui s’offre petit à petit.

–∗ Quand as-tu commencé à écrire ? Que représente l’écriture pour toi ?
J’ai toujours écrit, depuis que je sais me servir d’un stylo. L’écriture représente pour moi une façon d’exprimer mes émotions, mes pensées, mes rêves. C’est aussi un moyen de me détendre. Je ne conçois pas ma vie sans écrire.

–∗ As-tu un rituel d’écriture ? (Écris-tu à un endroit ou à un moment spécifique de la journée ? En musique ? )                                                                                                   Quand j’écris pour les autres, c’est-à-dire en vue de publication, j’écris le matin, sans musique, au calme, avec un bon café, dans un canapé le plus souvent. Pour ces écrits, j’utilise directement l’ordinateur.

Quand j’écris pour moi, pour libérer mes émotions, c’est plutôt le soir, avec de la musique et sur papier.

–∗ Quel conseil donnerais-tu à une personne souhaitant écrire depuis longtemps ?
Si une personne a envie d’écrire depuis longtemps, elle doit déjà le faire. Après, il y a la volonté ou non de se faire lire et de publier. A mon sens, c’est un chemin bien différent. Pour ma part, il y a eu des peurs à dépasser : le regard et le jugement des autres… Je pense que c’est un cap qu’on n’est pas obligé de passer. Cependant, cette étape apporte beaucoup au niveau des échanges humains.

–∗ Pourquoi avoir choisi l’auto-édition ? Quels sont les avantages que tu en retires ? Quels sont les inconvénients ?

Pour mon premier livre Abécédaire et petits poèmes calédoniens, je l’ai proposé à un éditeur au départ. Ce dernier s’est montré enthousiaste mais n’avait pas les moyens financiers de l’éditer à ce moment-là. Comme en Nouvelle-Calédonie, il n’y en avait pas d’autre, j’ai cherché une illustratrice et on a investi dans l’impression de 1000 ouvrages. On a démarché des librairies. Après, c’est allé très vite. Hachette-Calédonie, un distributeur, nous a contacté et on a vendu nos 1000 exemplaires en 3 mois. On a donc réimprimé 2000 exemplaires qui sont presque épuisés à ce jour soit un an plus tard…
Avec les bénéfices, on a imprimé un second livre dans la perspective de créer un collection « Les histoires de l’abécédaire ». Il est sorti il y a trois mois.
Pour C’est pas grave si c’est raccommodé et Un si petit voyage, je n’ai pas les moyens de lancer une impression et une distribution en librairie donc ils sont seulement sur Amazon.

A mon sens, l’autoédition est très intéressante car, au bout d’un an, j’ai appris beaucoup de choses sur la vie d’un livre. J’ai appris à connaître les libraires, à comparer les différents contrats des distributeurs etc. Le problème de l’autoédition est la promotion qui est difficile à mener seul. Un livre ne peut être lu que s’il est vu….
Dans tous les cas, si un jour je suis éditée par un éditeur, je saurai mieux de quoi il retourne…

Nouméa
Nouméa – Chef-lieu de la Nouvelle-Calédonie

–∗ Tu vis actuellement en Nouvelle-Calédonie, peux-tu nous parler un peu plus de cet archipel paradisiaque ?                                                                                                              Je vis depuis 15 ans en Nouvelle-Calédonie mais je rentre en France métropolitaine en fin d’année, deux ans, pour me rapprocher de ma famille.
Au début, j’étais venue pour six mois et je suis restée parce que j’ai eu un coup de cœur. Pour moi, la Calédonie est un pays qui prend du temps, qui se mérite, qui ne s’offre pas au premier regard. La culture kanak est très riche et elle me passionne. J’aime ce côté communautaire, ce respect pour la nature et les personnes âgées qu’on appelle « Les vieux » ici. J’aime aussi les palabres destinées à résoudre les conflits, la connaissance impressionnante des plantes médicinales…
La Nouvelle-Calédonie est aussi une terre multiculturelle. Les cultures kanak mais aussi tahitiennes, wallisiennes, futuniennes, vanuataises, javanaises, européennes (…) tentent de relever le défi du vivre ensemble. C’est un pays en construction qui a devant lui des échéances politiques importantes : le référendum d’auto-détermination de 2018 va être une étape importante. C’est une terre foisonnante d’énergie au caractère fort qui a beaucoup à raconter et à apprendre aux autres.


Autour de tes livres

–∗ Avant de parler de ton roman, pourrais-tu présenter les trois livres jeunesses que tu as écrit ?

Abécédaire et petits poèmes calédonien, 2016- 3/8 ansabc

Un abécédaire pour faire découvrir aux enfants quelques-unes des richesses de la Nouvelle-Calédonie.
Qu’est-ce qu’un cagou ? D’où vient la vanille ? Où peux-tu faire de la pirogue ? Combien d’espèces de tortues vivent en Nouvelle-Calédonie ? Quand peux-tu observer les baleines ? C’est à ces questions que l’ouvrage « Abécédaire et petits poèmes calédoniens » se propose de répondre au travers d’une illustration, d’un poème et d’une petite partie éducative intitulée « Le sais-tu ? ». Une manière originale d’apprendre et de découvrir un peu la Nouvelle-Calédonie en 26 lettres. Il est accessible à tous les enfants dès 3 ans.
Je m’en sers tous les jours dans ma classe de CE1 !

14212149_180830002339160_528853564653227263_n

C’est pas grave si c’est raccommodé– 2016- à partir de dix ans

Inspiré de l’enfance de ma grand-mère, j’ai connu de fortes émotions en l’écrivant. J’ai acheté un dictaphone à ma grand-mère et je l’ai écouté longuement avant de me lancer dans l’écriture. C’est un livre qu’elle m’a poussée à écrire et qu’elle a voulu que je publie. Elle croyait en mon écriture et voulait que je me lance depuis longtemps.
Eglantine est une petite fille d’un milieu ouvrier minier des années 30 en France. Élevée par ses grands-parents, elle rêve de réussir à l’école pour devenir commerçante. Mais les difficultés s’accumulent : les grandes grèves, la deuxième guerre mondiale. Arrivera-t-elle à empocher son certificat d’études? Quelle grand-mère est-elle aujourd’hui? Embarquez pour deux heures de lecture d’un autre temps dans les yeux d’une petite fille… Pour tous les enfants d’hier…. et ceux d’aujourd’hui à partir de dix ans.couv la grande traversee

La grande traversée ( 2017)- 3/8 ans

Cette histoire met en avant les animaux de Nouvelle-Calédonie, et en particulier Dodu le dugong, pour amuser les tout-petits (à partir de trois ans) tout en les sensibilisant à la protection de l’environnement et au vivre ensemble.

 

518uGbyS+JL._SY346_

–∗ Pourrais-tu décrire Un si petit voyage à mes lecteurs indécis pour leur donner envie de se plonger dedans ?

J’ai écrit Un si petit voyage pour tous ceux qui ne connaissent pas la Nouvelle-Calédonie et qui veulent la découvrir comme s’ils y étaient. Comme le voyageur en Nouvelle-Calédonie, le lecteur découvrira la Calédonie pas à pas, au rythme qu’impose le pays. J’ai choisi le personnage d’Elisa car elle se découvre en même temps qu’elle s’immerge dans le pays.

–∗ Combien de temps as-tu mis pour écrire ce livre ?
J’ai mis deux mois à temps plein pour l’écrire et trois mois pour le peaufiner et le corriger.

–∗ Grâce à ton livre, j’ai voyagé en Nouvelle-Calédonie, est-ce la raison qui t’a poussé à écrire ce roman ?
Tout à fait, c’était mon but. Je suis tombée amoureuse de cette terre il y a 15 ans et je vais partir. C’était un peu une révérence et une façon de dire « merci ». En plus, c’était l’occasion de partager la chance que j’aie eu : passer toutes ces années sur ce paradis. Le billet d’avion coute cher alors je me dis que c’est une façon de connaître un peu cet archipel.

–∗ Ton roman se présente comme un roman feel-good, pourquoi avoir choisi ce registre-là ?
J’aime les livres doux, qui font du bien, qui permettent de s’échapper du quotidien. De plus, il n’y avait pas de feel good qui parlaient de la Nouvelle-Calédonie.

–∗ Quel est le message que tu souhaites passer par le biais de ton roman ?
Je voulais que le lecteur sente le temps qui passe comme s’il était vraiment en Calédonie. Notion très différente entre nos différentes cultures. C’est ce que j’ai appris de plus fort en vivant ici : le temps et la patience. Je pense que ça se sent dans ce roman, dans le style d’écriture et le rythme que j’ai mis dans ce livre.

–∗ Où puises-tu ton inspiration ?

Dans ma vie de tous les jours, dans les gens que je croise, dans mes lectures, dans les films que je regarde… Dans la vie ! Et dans mes rêves utopiques de monde meilleur !

–∗ Comment ton entourage a-t-il réagi suite à la publication de ton premier livre ?

Beaucoup de proches me soutiennent et savaient déjà que j’avais « quelque chose » avec l’écriture. . .

–∗ As-tu un projet d’écriture en cours ?

J’ai plusieurs projets, pour les enfants et pour les adultes. Mais je n’ai rien commencé pour l’instant. Je n’ai pas beaucoup de temps en ce moment. Je pense arrêter mon choix en fin d’année et écrire un nouveau livre début 2018. On m’a demandé une suite pour Un si petit voyage, j’y réfléchis aussi. Cela impliquerait une plongée bien plus intense en Nouvelle-Calédonie.


Autour d’événements littéraires

–∗Tu as participé au Festival LOL Nouméa livres jeunesse , comment s’est déroulé ce festival ? Quel bilan as-tu retiré de cette expérience ?

caledolivres_JULIEN_CINIER
Festival LOL Numéa Livres Jeunesse

Oui, c’était un festival superbe. Beaucoup d’auteurs et d’illustrateurs de grands talents dont Fred Bernard et François Rocca avec qui j’ai participé à une table ronde sur l’écriture jeunesse. Au détour d’un café, les échanges ont été très riches et m’ont fait rêver… Avec les jeunes lecteurs, c’était évidemment un moment d’échanges comme toutes les dédicaces avec les enfants.

–∗ Tu participes en ce moment aux Plumes francophones 2017 sur Amazon qui est bientôt terminé.
Que retires-tu de ce concours ?

J’ai pu me tester en tant qu’auteur adulte ! Beaucoup de retours de lecteurs, de commentaires sur Amazon, d’échanges avec les blogueurs et d’autres auteurs que je remercie vivement. Je suis contente d’avoir participé.


Les 3 questions en bonus

–∗ Quel est le dernier livre que tu aies lu ?
Je suis en train de lire Clara au Guatemala de Sophie Rouzier, j’adore sa plume. Mon prochain livre sera celui de Nina Frey Ce qui nous oppose. Deux auteurs que j’ai rencontrés grâce à ma participation au concours des Plumes Francophones.

–∗ Quel est le dernier plat que tu aies mangé ?
Un poulpe mariné pêché à la tribu et préparé par un copain réunionnais. Un bon moment entre amis !

–∗ Quelle est ta citation préférée du moment ?
Il n’y a rien qui ne soit éternel si ce n’est le changement.


–∗ Un mot pour la fin ?
MERCI à toi pour ta chronique sur un si petit voyage et cette interview.


Si vous souhaitez en savoir plus sur Céline Fuentès :

Son site

Son twitter

La page facebook du livre Un si petit voyage


J’espère que cet interview vous a plu.

Je remercie Céline de s’être prêté au jeu.

Petit indice : le prochain interview nous partirons à la rencontre d’un auteur-caméléon.

Je vous souhaite une belle journée.

#7 Bilan livresque Juillet 2017

Bonjour,

Je vous retrouve pour dresser le bilan du mois de juillet (avec un peu de retard) qui a été riche. Riche en lectures et en émotions.

Céline Fuentès – Un si petit voyage

J’ai commencé le mois de Juillet avec un roman feel-good qui nous embarque en Nouvelle-Calédonie. J’ai adoré découvrir ce pays par le biais de ce roman.

Nikki Jenkins a le don d’être un vrai caméléon littéraire. La romance est son fil conducteur sur lequel elle dresse des univers différents. En effet avec A modern Cinderella, elle réussit avec brio à nous plonger dans le monde la télé-réalitée. Puis elle dresse un univers fascinant mêlé de magie dans Across la nouvelle gardienne du temps. Avec Bleeding Heart, elle met la barre très haut et livre une histoire d’amour où l’émotion est présente.

Entre deux lectures, j’ai poursuivi ma lecture d’After. Je savais avant de commencer After que cette série pouvait me plaire. Que c’est additif, c’est fou comme on a envie de plonger dedans et en même temps on a envie de meurtres envers les personnages. Je ne pense pas faire d’articles sur chaque tome car j’ai l’impression que je n’arriverais pas à dissocier chaque tome. After me donne l’impression d’être un tout. Après avoir lu ces deux tomes, je fais une pause sinon je risque l’overdose. Autant Hardin, je l’apprécie davantage (bien que je déteste son prénom qui agresse mes oreilles) que Tessa (elle commence à m’énerver sérieusement).

pardon300

Pardon a été une excellente lecture. Erika a une belle plume, elle réussit à évoquer l’inceste avec beaucoup de délicatesse. Ce roman peut heurté et c’est tout à fait normal. Si vous pensez que le sujet n’est pas pour vous, laissez-vous porter par les mots choisis par Erika et si ça ne suffit pas, refermer ce livre mais vous ne pourrez pas dire que ce livre est mal écrit. Si vous êtes curieux, laissez-vous tenter.

Maintenant et à jamais d'Audrey Martinez

Maintenant et à jamais s’est révélée ma seconde excellente lecture du mois. C’est un roman bouleversant qui nous emmène dans l’histoire d’Emma et Ian. L’histoire est belle, touchante et surprenante. Tout cela est servit avec une plume dont on ne peut détacher ses yeux, en effet une fois que vous êtes plongés avec nos deux personnages vous ne pouvez plus vous arrêter de lire. Vous voulez sans cesse connaître la suite. J’ai lu très rapidement ce roman (une journée au lac) et vous laisse avec des émotions garanties.

C’est frais, drôle et déjanté. J’ai passé un excellent moment avec ce premier tome. Pomme est un personnage doudou que j’ai adoré. L’auteure réussit à nous livrer une histoire fraîche. Je vous en reparle ici.

Je voulais commencer After avant de lire The Air he breathes . L’histoire est belle, même si j’avoue avoir eu du mal avec un élément de l’histoire. Contrairement à After, je vous reparlerais de cette saga, car chaque tome est différent.

Ce livre frôle le coup de coeur, l’univers posé est très bien construit. Feyre est un personnage fort et attachant. L’univers est fascinant. Cette ré-écriture de la Belle et la Bête m’a rappelé que je devais attaquer la version originale de Mme le Prince de Beaumont.

En bref, ce mois a été riche en émotions, j’ai découvert des auteurs et j’ai passé un bon moment avec chaque livre (ou presque).

Et vous qu’avez vous lu ce mois-ci ?

unehistoire

#23 Lundi fais ce qu’il te plaît

lundiBonjour,

Comme tous les lundis, on n’échappe pas au lundi fais ce qu’il plaît et aujourd’hui j’ai besoin de parler.

Comme vous avez pu le constater, j’ai modifié le blog. Cela faisait un moment que je cherchais un modèle qui me plaise et qui me convienne que celui d’avant. C’est chose faite.

★ En ce moment, je vous parle ★

Cette année scolaire a été très difficile émotionnellement et l’après-coup est dur à encaisser. J’ai ouvert ce blog en octobre dernier et d’un côté je me dis que c’est ce qui m’a permis de me sauver (psychologiquement parlant).  Stress, anxiété, perte d’appétit, découragement, pleurs, rages, peur de ne pas être à la hauteur, éternelle insatisfaite, ont fait partie de mon lot quotidien. Je suis rentrée en septembre dernier avec l’objectif de réussir au concours en juin ou l’année d’après.

. Après mes années de licence je ne pensais pas revenir à l’école (oui oui avec un professeur de fac qui vous traite comme un enfant, à 23 ans passé ça fait mal). Je suis passé de 30h / de cours par semaine à beaucoup plus. Cette année a été formidable avec des rencontres formidables. J’ai réussi à arriver aux écrits sans m’essouffler, mais la suite a été plus dure. Après ces écrits, j’étais vidée, les partiels arrivaient à grand pas . Il m’a été difficile par la suite de me remettre au travail, ne pas savoir par où commencer, avoir l’impression de ne plus rien savoir, se décourager, se rassurer. Le stress est montée en flèche durant cette dernière ligne droite. Une semaine avant le premier oral (le plus stressant : 3h de préparation et 1h15 d’oral), mes oreilles ont décidé qu’elles ne souhaitaient rien entendre. Pleurs, anxiété, perte de concentration, peur de ne pas entendre le jury, heureusement je dormais bien. Je n’ai pas su briller aux oraux, sans doute cette timidité qui a refait surface, cette peur de dire des bêtises et cette peur d’oublier quelque chose. Sortir des oraux et se dire finalement c’était pas si horrible que ça. Au final, revenir sur l’entretien et se rendre compte que l’on a échoué à instaurer un dialogue entre le jury et soi. Se dire que demain ça se passera mieux, passer sur le dossier préparé toute l’année, se sentir encore mieux. En ressortir et se dire que c’est bon je suis en vacances, qu’importe les résultats j’ai donné tout ce que je pouvais (malgré ces foutues oreilles).

La vie est semée d’embûches qu’il faut surmonter. Cette année  n’a pas été la bonne pour moi. En lisant les résultats, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, j’avais besoin de vider toutes ces émotions en moi. J’avais raté ma chance cette année et c’était dur. Dès le lendemain, j’ai pris les choses en main et je me suis dit qu’il fallait en profiter. Cette année ne sera pas celui des grands changements, mais je compte bien prendre ma revanche. Ma revanche sur moi-même surtout, car je me rends compte que depuis le bac, j’ai beaucoup avancé. Je suis fière du chemin que j’ai parcouru et je suis fière d’être parvenu jusqu’aux oraux. Je savais que j’avais raté le français (oui pour moi 19,75 sur 40, c’est pas assez) et que les maths j’avais largement mieux réussi (29,5 sur 40).  Je suis fière d’être arrivé à me hisser parmi les personnes admissibles et d’avoir pu aller aux oraux.

Je vais profiter de l’été pour me détendre, laisser le concours de côté. A la rentrée, je vais reprendre mes cours petit à petit, retravailler, me donner à fond et on verra bien. Ce métier est un beau métier, dur et si enrichissant. Durant ces trois années, je me suis rendue compte que c’est là où je souhaitais être. Et si ça ne marche pas ? Je suis jeune et des projets pleins la tête.

Concernant le blog, je verrai comment j’arrive à concilier les deux. Une chose est sûre, je ne peux pas m’empêcher de lire. J’ai essayé cette année, je n’ai pas réussi.

Pour passer du coq à l’âne, cette semaine je n’ai lu que des livres auto-édités. Je remercie Amélie B pour m’avoir permis de lire Sans toi tome 1 : L’envol. Je remercie également Céline Fuentès pour m’avoir permis de lire Un si petit voyage. Je vous en reparle bientôt ;-).

 

Pour finir, me replonger dans les livres après les oraux, m’a permis de penser à autre chose et m’a fait véritablement du bien (meilleure qu’une thérapie, lisez un livre).

Carpe diem

Belle semaine livresque

unehistoire